Formulaire de recherche

Le bilan 2018 de l'ANSM est arrivé

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de publier son rapport d'activité 2018, dans lequel elle recense les effets indésirables mais aussi les ruptures de stock.

© ADOBESTOCK_PALAU83

L’an passé, 71 130 cas d’effets indésirables pour des médicaments ont été enregistrés par les centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV), selon le rapport d’activité 2018 de l’ANSM publié le 12 septembre. De leur côté, les laboratoires ont établi 59 371 déclarations de pharmacovigilance. Dans près de 20 % des cas, les déclarations émanent des pharmaciens (19,47 %), derrière les médecins spécialistes (44,52 %) et les patients (28,39 %). Les généralistes ne sont à l’origine que de 5,27 % des déclarations. Environ 2 200 signalements d’erreurs médicamenteuses ont été rapportés à l’ANSM (1 940 erreurs avérées) ; 58 % ayant entraîné un effet indésirable, dont la moitié considérée comme grave. L’Agence relève également 1 987 signalements pour défauts de qualité, un nombre en augmentation chaque année. Concernant la matériovigilance et la réactovigilance, 18 838 cas d’effets secondaires liés à des dispositifs médicaux ont été relevés, dont 682 reçus de patients et associations de patients et 1 344 cas dus à des dispositifs médicaux de diagnostic in vitro. L’ANSM indique aussi avoir géré 871 signalements de ruptures de stock et de risque de ruptures, contre 538 en 2017 et 405 en 2016.

Par Christophe Micas

20 Septembre 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés