Formulaire de recherche

L’ancienne formule fait de la résistance

Merck et l’Agence du médicament préparent le terrain pour un maintien de l’Euthyrox au-delà de fin 2018.

© FOTOLIA/KLENGER

La valse-hésitation qui rythme l'affaire du Levothyrox n'en finit pas de durer. Il est encore trop tôt pour l'affirmer mais les patients français pourraient bien continuer à trouver l'ancienne formule du Levothyrox (Euthyrox) dans leur pharmacie après la date butoir du 31 décembre 2018, initialement fixée comme marquant l'arrêt de sa commercialisation dans l'Hexagone. Dans une information diffusée le 3 septembre, Merck explique ainsi se tenir prêt « à travailler aux côtés des autorités sanitaires, des professionnels de santé et des associations de patients en vue d’établir un plan de transition consensuel et encadré médicalement pour permettre aux patients qui sont encore traités par l’ancienne formule de Levothyrox d’être accompagnés vers une solution pérenne ». Plus précisément, le laboratoire annonce qu'il étudiera, « en vue d'y répondre favorablement, toute demande de l'ANSM visant à prolonger la mise à disposition temporaire en France de l'ancienne formule du Levothyrox au-delà de 2018 ».

Exception française

Du côté de l'Agence nationale du médicament (ANSM), on renvoie habilement la balle dans le camp d'en face en précisant qu'il a bien été « demandé au laboratoire Merck de poursuivre les importations », sans plus de précision quant à un éventuel calendrier. L'Agence laisse cependant clairement la porte ouverte à une prolongation des délais initialement fixés en affirmant qu'elle « délivrera toutes les autorisations d’importation que Merck sollicitera auprès d'elle pour permettre aux patients français de switcher progressivement vers les alternatives ». La recommandation européenne qui a été faite aux États membres d'approuver la nouvelle formule du Levothyrox annonce bien, à terme, la fin de la disponibilité en Europe de l'ancienne formule… mais la France semble avoir son propre calendrier.

Par Benoît Thelliez

6 Septembre 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés