Formulaire de recherche

L’acérola peut provoquer des allergies : Info ou Intox ?

Ce fruit tropical contient 30 fois plus de vitamine C qu’une orange. Mais ne nous veut-il que du bien ?

© adobestock_getsaporn

Pascal Poncet, chargé de recherche expert en allergologie moléculaire à l’Institut Pasteur, est tombé sur un os, ou plutôt un noyau, en étudiant l’acérola. Cette petite « cerise » qui pousse aux Antilles, au Brésil ou à La Réunion fleurit aussi dans les rayons des pharmacies en raison de sa forte teneur en vitamine C mais aussi A, B1, B2, B6, ainsi qu'en manganèse, caroténoïdes et flavonoïdes. Un cas médical est à l’origine de la découverte que Pascal Poncet et ses collègues viennent de faire sur l’acérola et qui a fait l’objet d’une publication dans la Revue française d’allergologie, le 13 mai 2022. Celui d’un enfant pris en charge pour deux chocs anaphylactiques survenus, à chaque fois, après avoir ingéré des produits contenant de l’acérola. Le Sherlock Holmes de l’allergologie contacte alors ses collègues de La Réunion, se fait envoyer le fruit dans de la glace par avion à son labo, réalise un extrait protéique et l’analyse par électrophorèse. Mais le sérum de l’enfant ne réagit pas à l’acérola (son cas reste un mystère). En revanche, pour mener leur étude, les chercheurs disposent de sérums de patients-contrôle allergiques et il s’avère que ceux sensibles aux protéines de transfert lipidique (LTP en anglais) de noix, noisette, pêche, arachide, pollens d’olivier, d’armoise ou de platane reconnaissent une LTP dans l’acérola.

Ne pas prendre de risque

« Il y a suffisamment de ressemblance entre la LTP d’acérola et la LTP de différentes autres sources allergéniques pour qu’une personne sensible aux LTP de noix ou de pêche, qui s’apprête à boire un jus d’acérola, risque un choc », met en garde celui qui a retrouvé des résidus de LTP d’acérola dans des poudres de compléments alimentaires. Le chercheur, qui va adresser un signalement à l’ANSM et au Réseau d’allergovigilance, conseille donc « aux personnes connues pour être allergiques aux LTP de noix, pêche… de ne pas consommer d’acérola. La moindre brûlure ressentie en croquant une pastille ou en buvant un jus d’acérola doit conduire à recracher la substance pour ne pas courir de risque inutile. »

Info !

Par Hélène Bry

10 Juin 2022

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés