Formulaire de recherche

L'Académie légitime l'aluminium

Un rapport de l'Académie penche fortement en faveur des adjuvants aluminiques dans les vaccins mais s'interroge sur quelques points.

L'Académie de pharmacie vient de publier un rapport sur la sécurité des vaccins à adjuvant aluminique après avoir étudié les « données cliniques et expérimentales les plus récentes publiées sur ce sujet, ainsi que [l]es données de pharmacovigilance et de pharmacoépidémiologie obtenues en France depuis la notification des premiers cas de myofasciite à macrophages ». Si elle « réaffirme avec force que le rapport bénéfice/risque est très en faveur de l'utilisation des adjuvants aluminiques », elle soulève quelques éléments étonnants, qu'elle ne sait d'ailleurs pas justifier. Ainsi, « les cas de myofasciite à macrophages n'ont été décrits qu'une soixantaine d'années après les débuts de l'utilisation de l'aluminium comme adjuvant. Tout aussi inexpliquée est la restriction géographique relative de la description de ces phénomènes : une équipe française a, à elle seule, regroupé plus de 95 % des observations mondiales ».

Bémol

Quoi qu'il en soit, l'Académie rappelle que « la quantité d'aluminium apportée par une dose de vaccin est négligeable au regard des apports alimentaires, cosmétiques, professionnels », que « l'utisation d'un adjuvant est indispensable à l'efficacité d'un grand nombre de vaccins » et « qu'il n'existe pas d'alternative à court terme ». Surtout, « aucun lien de causalité n'a pu être établi à ce jour », entre certaines manifestations cliniques sévères et les adjuvants aluminiques, « d'autant que ces manifestations paraissent limitées dans le temps (non identifiées avant 1990 et semblant en extinction depuis 2012) et dans l'espace (la France a cumulé la quasi-totalité des cas décrits dans le monde) ». Un bémol tout de même : « Aucune étude épidémiologique n'a pu être conduite sans biais pour tenter d'évaluer la réalité de la responsabilité des adjuvants aluminiques dans [c]es manifestations cliniques. » À suivre donc ?

Par Anne-Laure Mercier

30 Mars 2016

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés