Formulaire de recherche

La HAS recommande l'élargissement des vaccinations opérées par les pharmaciens

Les pharmaciens pourront bientôt prescrire et administrer les vaccins courants.

© adobestock_Chalabala

L'avis de la Haute Autorité de santé (HAS) est tombé le 28 janvier. Conformément à ce qu'indiquait Philippe Besset quelques heures plus tôt à l'occasion de son live hebdomadaire, la HAS « recommande de permettre aux pharmaciens [ainsi qu'aux infirmiers et sages-femmes] de prescrire et d’administrer les vaccins non vivants inscrits au calendrier vaccinal chez les personnes âgées de 16 ans et plus ». Cette extension de la compétence des pharmaciens vaut pour les vaccins contre Papillomavirus humains, Pneumocoque, Hépatite B, Hépatite A, Méningocoques A, C, W, Y, Grippe et Diphtérie-Tétanos-Coqueluche-Poliomyélite. Ne sont pas concernés les vaccins contre le méningocoque B et la rage, dont les indications sont rares chez l’adulte. Par ailleurs cette extension ne s'applique pas non plus aux personnes immunodéprimées, dont les schémas vaccinaux peuvent être spécifiques et complexes. « C'est un grand pas en avant nous permettant d'assurer, aux côtés de nos confrères médecins, un accès simple aux vaccins », se félicite le président de la FSPF.

La HAS pose cependant deux conditions à cet élargissement des compétences : « La réalisation effective d’une formation adaptée et le renforcement de la traçabilité de la vaccination, notamment grâce à des outils numériques. » Côté timing, la prochaine étape est celle de la modification règlementaire qui sera effectuée par le gouvernement, avant que la future convention fixe les modalités pratiques de cette nouvelle mission. « Il faut que nous tombions d'accord avec l'Assurance maladie », indique Philippe Besset.

Vaccination Covid des petits : préparateurs oubliés

Toujours au sujet de la vaccination, mais concernant cette fois celle contre la Covid-19, un arrêté paru le 27 janvier est venu préciser la liste des « professionnels de santé, étudiants en santé et autres professionnels » autorisés à injecter les vaccins aux enfants âgés de 5 à 11 ans. Or les préparateurs en pharmacie n'y sont pas mentionnés. La FSPF a demandé à ce qu'ils bénéficient également de l'extension de compétence sur ce point précis, toujours dans le cadre particulier de l'état d'urgence sanitaire. Une demande que le syndicat espère voir être accordée rapidement.

Par Alexandra Chopard

28 Janvier 2022

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés