Formulaire de recherche

La France, terre d'accueil pharmaceutique ?

La Suisse envisage de rembourser des médicaments achetés en France pour faire pression sur les prix de vente helvétiques.

En février dernier, l'office fédéral chargé d'étudier et de relever les éventuels abus sur le prix du médicament s’alertait pour la troisième année consécutive de prix justement trop élevés sur son territoire : « La nou­velle com­pa­rai­son in­ter­na­tio­nale des prix […] a confirmé que [les médicaments] sont en Suisse en­vi­ron deux fois plus chers qu’à l’étran­ger. » De fait, si l’on se fonde sur les tarifs pratiqués en France, un princeps dont le brevet est arrivé à expiration est, en moyenne, 61 % plus cher en Suisse. Un surcoût qui grimpe à 143 % si l’on compare le prix moyen des génériques entre les deux pays.

Remboursé si vous trouvez moins cher ailleurs

Entre autres mesures, celui que les ressortissants helvétiques appellent « Monsieur Prix » préconisait alors d'autoriser les assureurs à rembourser tous les médicaments achetés moins chers à l’étranger. Bien qu’à l’instar de la CSS, la plus grande compagnie d'assurance suisse, certaines compagnies d’assurance n’aient pas attendu le feu vert des autorités pour rembourser leurs assurés ayant acheté des médicaments sur ordonnance en France, l’État helvétique continuait encore en mars dernier à ne pas adhérer à ce mécanisme et à tancer ceux qui s’y adonnaient. Une position qu’il pourrait pourtant être amené à revoir dans un avenir très proche. 
Parmi les trente-huit me­sures d’éco­no­mie que vient de pro­po­ser un groupe d’experts au Conseil fé­dé­ral, l'or­gane exé­cu­tif na­tio­nal, fi­gure en ef­fet le rem­bour­sement des mé­di­ca­ments ache­tés à l’étran­ger à des prix avan­ta­geux. Les « sept sages » le composant ouvrent donc la porte à un vé­ri­table exil phar­ma­ceu­tique, pour le plus grand bé­né­fice des phar­ma­ciens fron­ta­liers, Français et Al­le­mands en tête.

Semonce ou révolution ?

Sans surprise, la menace de voir une partie des assurés aller se fournir en médicaments en dehors des frontières du pays ne ravit pas les confrères suisses. Pointant le fait que le tourisme d’achat faisait déjà « des dégâts, en particulier dans les régions frontalières », le pharmacien et député genevois Jean-Luc Forni prévient que « les conséquences seront très dommageables pour la branche », d’autant qu’il estime déjà que plus de 10 % du chiffre d’affaires des pharmacies frontalières avec la France « file de l’autre côté de la frontière ». Du côté d’Interpharma, l’organisation faîtière des entreprises pharmaceutiques suisses, on avance en catastrophe les arguments que l’on peut en alléguant que « les médicaments achetés sur le sol suisse sont plus sûrs et plus efficaces » et, qu’en cas de complication, « aucun organisme suisse ne pourra être tenu pour responsable ». Reste à savoir si cette fois l'appel de l'office fédéral réussira à générer un réel bouleversement dans un pays particulièrement protectionniste sur ces questions.

Par Benoît Thelliez

9 Novembre 2017

© Le Pharmacien de France - 2017 - Tous droits réservés