Formulaire de recherche

La Cnam fait les comptes

La rémunération globale du réseau officinal reste inférieure à son niveau de 2016.

 © ADOBESTOCK/SIRIDHATA

Les conclusions de l’observatoire permettant de suivre l’évolution de la mise en place des honoraires de dispensation ont été rendues le 5 juin. Selon la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), la rémunération totale de l’officine (marge + honoraires + Rosp + remises génériques + CICE) a progressé de 1,1 % entre 2017 et 2018. Toutefois, pointe la FSPF dans un communiqué, la rémunération globale du réseau perd 1,5 % par rapport à 2016, année de référence prévue par l’avenant n° 11 instaurant les nouveaux paramètres de la rémunération (modification des taux de la marge dégressive lissée, MDL). Pour elle, « cette évolution est de nature à déclencher la clause de revoyure prévue par l’avenant n° 11 ». Une diminution de la rémunération globale du réseau d’au moins 1 % par rapport à 2016 doit en effet entraîner l’ouverture de négociations en 2021.

Insuffisant

Pour le syndicat, ces chiffres confirment que « l’avenant n° 11 est insuffisant » et il demande donc une augmentation des honoraires. D’autant que la perspective d’un déremboursement des spécialités homéopathiques pourrait encore aggraver la situation. L’introduction d’un taux de marge de 10 % sur la première tranche de la MDL, « en plus des honoraires de 1 euro par boîte confirmé par les signataires, risque de coûter cher à la profession si ces médicaments n’étaient plus pris en charge », affirme la FSPF. Entre 2017 et 2018, la marge réglementée liée à l’homéopathie a été multipliée par 10, passant de 1 million d’euros à 10 millions d’euros.

Par Christophe Micas

7 Juin 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés