Formulaire de recherche

Haro sur les baisses de prix !

Le Gemme réclame une pause sur les baisses de prix des génériques.

© adobestock_volody10

Le Gemme (Générique, même médicament) vient de présenter dix pro­po­si­tions pour sou­te­nir le dé­ve­lop­pe­ment des gé­né­riques et bio­si­mi­laires en amont du Pro­jet de loi de fi­nan­ce­ment de la sé­cu­rité so­ciale (PLFSS) pour 2021, qui sera dé­battu à l'As­sem­blée na­tio­nale à par­tir d'oc­tobre. Parmi ces me­sures, l'as­so­cia­tion des génériqueurs pro­pose que les baisses de prix re­por­tées au cours de l'an­née 2020, qui de­vraient in­ter­ve­nir en no­vembre pro­chain, soient consi­dé­rées comme « un solde de tout compte pour 2021 ». Elle de­mande même de per­mettre au Co­mité éco­no­mique des pro­duits de santé (CEPS) d'aug­men­ter les prix des gé­né­riques « dans des condi­tions pré­cises, qui prennent en compte la ra­reté par exemple », comme l’a expliqué Pas­cal Brière, vice-président des affaires économique du Gemme, pré­ci­sant que ce pro­ces­sus n'est au­jour­d'hui « pas en­ca­dré lé­gis­la­ti­ve­ment et donc prend du temps ».

Substitution des biosimilaires, le retour ?

Dans l’objectif de mieux diffuser les bio­si­mi­laires sur le mar­ché de ville, le Gemme préconise que le droit de sub­sti­tu­tion des mé­di­ca­ments bio­lo­giques par le phar­ma­cien soit ré­ta­bli, soit en ini­tia­tion de trai­te­ment, soit dans le but d’assurer la continuité d’un trai­te­ment ini­tié avec le même biosi­mi­laire. Il es­père ainsi « construire l'adhé­sion aux mé­di­ca­ments bio­si­mi­laires en ren­for­çant l'in­for­ma­tion du pa­tient et en im­pli­quant à la fois le pres­crip­teur et le phar­ma­cien ». 

Par Hélène Bry

18 Septembre 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés