Formulaire de recherche

Foire d'empoigne autour de la loi Travail

Pétition, manifestation, concertations... Le projet de loi Travail aura occupé la scène de l'actualité sociale toute la semaine. Et ce n'est pas fini !

Lors de la manifestation contre le projet de loi Travail, mercredi 9 mars.© FORCE OUVRIÈRE

 

Quelle semaine sur le front de l'emploi ! Après une pétition qui a dépassé en quinze jours le cap du million de signatures vendredi dernier, battant tous les records hexagonaux, le gouvernement aura eu droit à une manifestation mercredi, rassemblant à travers la France entre 224 000 personnes selon la police et 400 à 500 000 selon les syndicats. Ce n'est qu'un début : l'Union nationale des étudiants de France (Unef) a appelé à un nouveau mouvement le 17 mars et la CGT, FO et Solidaires prévoient eux une nouvelle journée de grèves et manifestations le 31 mars. 

L'UNAPL veille

Pendant ce temps, le Premier ministre Manuel Valls, avec les ministres du Travail et de l'Économie Myriam El Khomri et Emmanuel Macron, a reçu un à un les partenaires sociaux, tout au long de cette semaine. Hier soir, c'était au tour de l'Union nationale des professions libérales (UNAPL), qui a fini par décrocher une place dans le cadre des concertations après une réclamation écrite. L'occasion de souligner les points positifs du texte selon elle – les conventions individuelles de forfait annuel en jours ou en heures, le plafonnement des indemnités prud'homales selon l’ancienneté du salarié, sans excéder quinze mois de salaire, la facilitation du licenciement pour motifs économiques ou l'intégration des indépendants dans le compte personnel d'activité – mais également « le poids et la gravité [des mesures] négatives et pénalisantes pour les très petites, petites et moyennes entreprises », comme la généralisation de l'accord d'entreprise au détriment de l'accord de branche ou la révision de la représentativité patronale assise sur le nombre de salariés et non plus sur le nombre d'entreprises. 

Prochaine étape

Côté salariés, deux stratégies s'affrontent : les syndicats réformistes (CFDT, CFTC, CFE-CGC et Unsa) réclament des améliorations du texte et les syndicats contestataires (CGT et FO) son retrait pur et simple. Côté gouvernement, les intentions restent floues. Manuel Valls s'est justement dit prêt, dans Le Journal du Dimanche, à des « améliorations » sur les prud'hommes et les licenciements économiques. Myriam El Khomri a quant à elle indiqué qu'une proposition de surtaxation des contrats à durée déterminée (CDD) était sur la table des négociations, pour « encourager le recrutement en contrat à durée indéterminée (CDI) », idée sur laquelle la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) s'interroge : « Augmenter le coût du travail en alourdissant les charges des entreprises, car c'est bien de cela dont il s'agit, accélérerait la destruction d'emplois. » La réflexion se précisera très vite : une « restitution » des concertations est annoncée par le Premier ministre pour le 14 mars.

Par Anne-Laure Mercier

11 Mars 2016

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés