Formulaire de recherche

Fini le purple drank par correspondance ?

L'Ordre des pharmaciens veut interdire la vente des sirops permettant de concocter le purple drank sur les sites internet des pharmacies.

À quoi sert que les pharmaciens soient attentifs à ne pas délivrer au comptoir des sirops antitussifs à base de codéine ou de prométhazine (Euphon ou Néo-Codion, Tussipax, Padéryl ou Phénergan) à des adolescents si ces derniers peuvent se les procurer sur leurs sites internet ? C'est en substance la mise en garde que lance l'Ordre des pharmaciens dans sa lettre à propos du purple drank, ce mélange de soda et des sirops susdits qui fait actuellement l'objet d'une mode chez les 15 à 25 ans. « Les pharmaciens qui délivrent ces médicaments sur leur site internet doivent être très prudents. L’Ordre a ainsi pu constater que, sur certains sites, ces médicaments arrivent en tête des délivrances. Les pharmaciens concernés ont été alertés », précise l'Ordre dans la lettre. L'institution précise avoir également alerté l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), tout aussi mobilisée sur le sujet, pour lui demander d'interdire la vente de ces sirops par correspondance sur les sites de pharmacie en ligne : « La même autorité ne peut d’un côté alerter sur le mésusage de médicaments et de l’autre favoriser leur délivrance avec des contrôles quasi impossibles, comme par exemple sur l’âge des internautes, puisque chacun remplit ce qu’il veut ! C’est la sécurité sanitaire qui doit primer ! », tonne sa présidente Isabelle Adenot. Sa demande sera-t-elle suivie d'effets ? Pas sûr. Contactée, l'ANSM précise qu'« en l'état actuel de la réglementation, aucun outil juridique ne [lui] permet [...] de prendre une telle mesure ». Et de renvoyer la balle vers la direction générale de la santé (DGS). À suivre !

Par Laurent Simon

14 Avril 2016

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés