Formulaire de recherche

État d'urgence sanitaire : prolongation en vue

Un projet de loi visant à proroger les dispositifs nécessaires à la lutte contre la Covid-19 sera examiné le 11 juillet.

© adobestock_freedomz

« Le Parlement est saisi et la loi est en cours d'examen. Les dispositifs de lutte contre la Covid-19 devraient être prorogés jusqu'au 31 janvier 2023. Ils devraient concerner les masques, les tests, la possibilité pour les pharmaciens et les préparateurs de vacciner », a résumé Philippe Besset, le président de la FSPF, lors de son Live hebdomadaire. La commission des lois de l'Assemblée nationale a en effet adopté le 6 juillet le projet de loi « maintenant provisoirement un dispositif de veille et de sécurité sanitaire en matière de lutte contre la Covid-19 », mais après avoir finalement limité au 31 janvier 2023 la prorogation de dispositifs initialement fixée au 31 mars 2023. Le texte sera examiné le 11 juillet en séance publique.

SI-DEP  et « Contact Covid » maintenus

Ce texte proroge les systèmes d'information liés à la lutte contre l'épidémie (SI-DEP et « Contact Covid ») ainsi que la faculté conférée au Premier ministre d'imposer un pass sanitaire, mais uniquement pour les déplacements à destination ou en provenance du territoire national, pour les personnes âgées de plus de 12 ans. Un texte très attendu par les pharmaciens au moment où, comme l'a souligné Philippe Besset, « tous les chiffres de la Covid-19 sont en train d'augmenter très fortement et très significativement ». Les faits sont là : « Au cours de la seule journée du 5 juillet, nous avons effectué 100 000 vaccinations et pratiqué 300 000 tests dans les officines, soit 400 000 actes de santé publique en une seule journée. » Le président de la FSPF, qui a conclu ce dernier live avant la coupure estivale en souhaitant bon courage à ses confrères dans la lutte contre l'épidémie, a par ailleurs précisé que « les députés ont demandé au gouvernement de mettre en place des dispositifs qui ne relèvent plus nécessairement de l'état d'urgence mais du droit commun ».

Par Hélène Bry

8 Juillet 2022

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés