Formulaire de recherche

Des entretiens TSO en vue

Les entretiens AVK s'essoufflent, les entretiens asthme ne décollent pas mais la table-ronde sur l'observance a été l'occasion de rappeler leur importance. Et, pour la FSPF, d'annoncer son intention de lancer des entretiens autour des traitements de substitution aux opiacés (TSO).

Christophe Koperski, président de la commission Exercice professionnel de la FSPF, au 68e Congrès des pharmaciens.© Miguel Medina

 

« L’observance est un défi pour la santé publique et un enjeu important en termes de dépenses de santé », a rappelé Christophe Koperski, président de la commission Exercice professionnel de la FSPF, lors de la première table-ronde du 68e Congrès des pharmaciens. Avec des taux d’observance chez les patients chroniques de 40 % seulement en moyenne, et même 13 % sur l'asthme, et un coût estimé à 9 milliards d’euros par an selon IMS Health, les marges de progrès sont colossales. « Les pharmaciens sont les mieux placés pour observer cette problématique, dialoguer avec les patients qu’ils voient régulièrement et partager des informations avec d’autres professionnels de santé », a souligné Stéphane Sclison, directeur de la stratégie d’IMS.

Les pharmaciens sont déjà impliqués dans les entretiens AVK et asthme depuis 2013. Mais faute d’être rémunéré dans les temps, le dispositif s’essouffle, a constaté Christophe Koperski. Si les entretiens AVK ont enregistré 167 386 adhésions et les pharmaciens réalisé 210 000 entretiens depuis juin 2013 selon les derniers chiffres de l'Assurance maladie, « les résultats sont nettement moins bons depuis le début de l’année » a-t-il déploré : seulement 11 000 adhésions ont été recensées depuis janvier 2015. Quant aux patients asthmatiques, le bilan reste maigre : 3 500 adhésions ont été enregistrées et 3 000 entretiens réalisés en 2015. Et pour les entretiens AVK réalisés en 2014, les pharmaciens n'ont été rémunérés que... fin septembre 2015. Un véritable problème auquel la FSPF souhaite remédier au plus vite. « Nous venons de rencontrer la ministre de la Santé et lui avons fait part de notre souhait d’avoir une rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp) simplifiée, facilitée pour ces entretiens. On pourrait envisager de la mensualiser pour aider la trésorerie des pharmacies », a expliqué Christophe Koperski. Mais face aux enjeux de l’observance, les pharmaciens « doivent s’impliquer dans ces entretiens ». Peut-être qu'un nouveau projet les y aidera : le président de la commission exercice professionnel de la FSPF a annoncé à cette occasion que le syndicat réfléchissait à s’impliquer dans le suivi des traitements substitutifs aux opiacés (TSO). 

Par Lydie Colders

17 Octobre 2015

© Le Pharmacien de France - 2021 - Tous droits réservés