Formulaire de recherche

Entre craintes et espoirs

La FSPF salue certaines mesures déjà connues du PLFSS 2023 mais en redoute d'autres.

© adobestock_backup16

Afin de renforcer le volet prévention du système sanitaire national, le ministre de la Santé, François Braun, a indiqué qu'une des mesures du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2023 sera la mise en place de consultations médicales gratuites à 25, 45 et 65 ans. Une nouveauté accueillie favorablement par la FSPF, d'autant qu'elle figurait déjà dans les propositions d'avenir pour la pharmacie d'officine remises par le syndicat aux candidats à la dernière élection présidentielle, mais aussi dans le projet d'article 51 déposé dans le cadre de l'URPS pharmaciens Occitanie il y a de cela 7 ans. Dans son Live hebdomadaire, le président de la FSPF, Philippe Besset, a ainsi rappelé que ces trois âges correspondant à ceux des rappels DTP prévus dans le calendrier vaccinal établi par la Haute Autorité de santé (HAS), ces consultations de prévention « permettront aux pharmaciens d'effectuer ces rappels et d'orienter vers le médecin concernant les autres thèmes de prévention ».

L'exemple des biologistes

Concernant à proprement parler le PLFSS 2023 qui sera présenté le 26 septembre en conseil des ministres, Philippe Besset constate que le passage à la gratuité de la contraception d'urgence pour toutes les femmes « correspond finalement à de la prescription pharmaceutique », mais avoue quelques craintes concernant le reste du projet qui, pour l'heure, ne lui a pas été présenté. « J'espère certaines choses, mais j'en redoute d'autres, notamment lorsque je vois ce qu'il se passe avec les biologistes », affirme le président de la FSPF, qui évoque en cela les 250 millions d'économies appliquées au secteur de la biologie médicale que Bercy prévoirait d'intégrer au PLFSS 2023 pour compenser, en partie, les dépenses liées au tests RT-PCR Covid.

Par Benoît Thelliez

23 Septembre 2022

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés