Formulaire de recherche

Douze choses qui ont déjà changé en 2018

Il y a des mauvaises nouvelles (baisses de prix...) mais aussi quelques bonnes. Découvrez ce que vous réserve ce début d'année.

© FOTOLIA/THAUTIMAGES

  • Onze vaccinations obligatoires. C'est peu dire que cette décision de la ministre de la Santé Agnès Buzyn a été commentée et contestée mais c'est fait : les enfants nés après le 1er janvier 2018 devront recevoir des injections contre la coqueluche, la diphtérie, l'haemophilus influenzae b, l'hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, la polyomyélite, les oreillons, la rubéole et le tétanos.
  • Certifiez vos caisses ! Depuis le 1er janvier, les pharmacies doivent être équipées de logiciels de caisse certifiés pour lutter contre la fraude sur la TVA. Vous devriez déjà avoir reçu un certificat ou une attestation de conformité de la part de votre éditeur de logiciel. Si ce n'est pas le cas, réclamez-le lui !
  • Hausse du numerus clausus pour les pharmaciens. Selon un arrêté publié le 29 décembre au Journal officiel, le nombre maximal des étudiants de première année commune aux études de santé (Paces) autorisés à poursuivre leurs études en pharmacie en 2018–2019 est fixé à 3 124, soit 19 de plus que l'année dernière.
  • Pas de coup de pouce pour le Smic. Le gouvernement a décidé que la revalorisation automatique et légale du salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) ne serait pas, cette année, agrémentée d'un bonus. Le Smic passe donc de 9,76 euros à 9,88 euros brut de l'heure (+ 1,24 %) pour s'établir à 1 498,47 euros mensuels sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires.
  • Des prunes de plus en plus salées. La contravention de 17 euros pour défaut de paiement de stationnement applicable partout en France est abolie et laisse la place aux forfaits de post-stationnement (FPS) dont le montant sera désormais fixé par chaque municipalité. Si le FPS reste à 17 euros à Marseille, il oscillera désormais entre 30 et 35 euros à Bordeaux, 35 et 50 euros à Paris et pourra grimper jusqu'à 60 euros à Lyon.
  • Coquilles sur les sièges. Une nouvelle nomenclature sur les sièges coquille de série est mise en place depuis le 1er janvier. Elle restreint fortement la prise en charge de ce matériel médical, la réservant à des adultes de plus de 60 ans en GIR (groupe iso-ressources) 1 ou 2. Il faut donc s'attendre à une diminution des ventes, prévient la FSPF.
  • Des centaines de baisses de prix et un déremboursement. C'est une tradition dont on se passerait bien : plus de 500 groupes génériques ont vu leur tarif forfaitaire de responsabilité (TFR) baisser depuis début janvier. Ce n'est pas tout : les statines – Tahor, Zocor, Vasten, Crestor, Elisor – font également l'objet de baisses de prix de 18 % à 47 %, de même que d'autres spécialités comme le Lipanthyl, le Tadenan, le Permixon... En outre, un déremboursement est à signaler : celui du Coltramyl et de ses génériques.
  • Plus de pouvoir d'achat. S'il n'est pas prévu de majoration de la revalorisation légale du Smic, les salaires bénéficieront tout de même d'un coup de pouce grâce à la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) de 1,7 point, combinée à une baisse des cotisations sociales (- 0,75 % sur la maladie, - 1,45 % sur le chômage). Un gain de pouvoir d'achat estimé à 270 euros environ par an pour les salariés touchant le Smic.
  • Des bulletins plus simples. Le nouveau modèle de bulletin de paie simplifié est obligatoire depuis le 1er janvier dernier, l'idée étant que les salariés s'y retrouvent plus facilement entre toutes les cotisations. Pour mémoire, le nouveau modèle à respecter est disponible ici.
  • Le plafond de la Sécu prend de la hauteur. En passant à 3 311 euros par mois et à 39 732 euros par an, le plafond de la Sécurité sociale a été augmenté de 1,28 % pour cette année. Un chiffre inférieur aux préconisations de la commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) qui prônait une hausse de 1,6 % en 2018.
  • Fin programmée du RSI. Largement décrié, à la fois par les assurés et certaines autorités officielles, le régime social des indépendants (RSI) a cédé la place à la Sécurité sociale des indépendants (SSI). Afin d'aider les 6,5 millions de bénéficiaires du RSI – dont les titulaires font partie pour les prestations maladie – à gérer la transition dans les meilleures conditions possibles, la SSI ne prendra définitivement la place du RSI que dans deux ans.
  • Timbres, carburant et gaz toujours plus chers. Il vous en coûtera en moyenne 5 % de plus en 2018 qu’en 2017 pour affranchir vos missives et il vous faudra être également plus généreux pour remplir le réservoir de votre véhicule. Le diesel augmente en effet de 7,6 centimes par litre, tandis que l’essence voit son prix grimper de 3,9 centimes. Quant aux tarifs réglementés du gaz naturel appliqués par Engie, ils ont fait un bond de 6,9 % en moyenne depuis le 1er janvier.

Par La rédaction

3 Janvier 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés

trigger pub