Formulaire de recherche

Des substituts nicotiniques repassent derrière le comptoir

Seules les références non remboursables peuvent désormais être mises à disposition en accès direct.

© FOTOLIA/IDEY

Un décret publié au Journal officiel du 7 avril modifie la liste de médication officinale ou LMO, c’est-à-dire celle des médicaments autorisés à figurer dans la zone en libre-accès des officines. Ce texte exclut désormais toutes les spécialités remboursables de cet espace. Concrètement, seuls les substituts nicotiniques sont concernés par cette mesure. Certaines références bénéficient en effet, depuis le printemps 2018, d’un remboursement à hauteur de 65 %. Celles-ci doivent donc passer derrière le comptoir tandis que leurs homologues non remboursables ont le droit de demeurer en accès libre. Pour effectuer ce tri, les équipes officinales peuvent s’appuyer sur la liste des substituts nicotiniques pris en charge par l'Assurance maladie, en attendant la mise à jour prochaine de la LMO par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). 
Cette décision n’a pas vraiment surpris les laboratoires. Pour ceux que nous avons interrogés, elle traduit une volonté d’encourager les patients à consulter un médecin pour entamer leur sevrage, tout en continuant à faciliter l'accès des produits utilisables ponctuellement (pastilles, comprimés à sucer) plébiscités notamment par les fumeurs prenant des transports ou ayant besoin d'une aide en complément des patchs et gommes.

Par Alexandra Chopard

12 Avril 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés