Formulaire de recherche

Des mésusages plus que fréquents

Une étude révèle l’ampleur du mésusage des opiacés chez les patients douloureux chroniques.

©FOTOLIA/JPGON

Un tiers des patients souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses font un mésusage de leurs morphiniques : c’est ce que révèle une étude réalisée en collaboration avec des pharmacies françaises, présentée au congrès de la Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD), la semaine dernière à Lille. L’étude a porté sur 1 992 questionnaires recueillis entre décembre 2016 et février 2017 dans 126 officines hexagonales, avant le listage des produits conseil contenant de la codéine. Parmi les antalgiques concernés, la codéine et la morphine sont les molécules les plus souvent citées. Le mésusage est plus fréquent chez les 31-45 ans puis il diminue avec l’âge. L’analyse des données indique que ce mésusage augmente avec la consommation d’alcool, de tabac et la durée du traitement. Il est également associé à une douleur plus intense et à une moindre efficacité du traitement antalgique.

Appel à la vigilance

Les équipes officinales participantes ont consigné des informations pour chacun de leurs patients traités depuis au moins trois mois venant renouveler leurs antalgiques de niveau 2 ou 3. Chaque patient s’est vu interrogé sur son traitement via un questionnaire (médicaments, fréquence de prise, indication…). L’échelle POMI (pour Prescription Opioid Misuse Index), qui permet de dépister, en six questions, le mésusage des antalgiques opioïdes, leur a également été soumise. Elle permet d'interroger le patient sur son besoin de renouveler son ordonnance d’antidouleurs plus tôt que prévu, ses prises d’opioïdes en quantités plus élevées que celles prescrites, le fait de prendre les antidouleurs pour soulager ou supporter des problèmes autres que la douleur… Une preuve de plus que le mésusage de la codéine et molécules apparentées, même listées, est encore sous-estimé en France.

Par Alexandra Chopard

23 Novembre 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés