Formulaire de recherche

Des binômes médecins/officinaux pour surveiller les produits de santé

L'ANSM, le Collège de médecine générale (CMG) et les syndicats de pharmaciens d'officine viennent de créer un « réseau de correspondants » répartis sur tout le territoire.

© adobestock_pict rider

L'objectif est fixé : mieux connaître et prendre en compte les pratiques, les attentes et les éventuelles difficultés rencontrées par les médecins généralistes et les officinaux, ainsi que celles de leurs patients, afin d'enrichir les réflexions de l'ANSM vis-à-vis des mesures de sécurisation de l'utilisation des produits de santé. Actuellement en phase pilote, ce réseau parfaitement inédit destiné à remonter les expériences de terrain se compose de 100 correspondants, soit 50 binômes de généralistes et de pharmaciens qui se sont choisis mutuellement et sont harmonieusement répartis sur le territoire métropolitain et les régions d'outre-mer.

Prendre la température du terrain

Sollicité au travers de courtes enquêtes dont les thèmes et les questions seront décidés en concertation entre les quatre partenaires (ANSM, CMG, FSPF et Uspo), ce réseau s'inscrit dans la stratégie d'ouverture engagée par l'ANSM depuis plusieurs années et vient en complément des dispositifs existants que sont les comités scientifiques permanents et les comités d'interface notamment constitués des représentants des patients. Les enquêtes « flash » auxquelles les correspondants auront à répondre, et que l'ANSM a voulu les moins chronophages possible, porteront sur des médicaments, des dispositifs médicaux ou encore des thématiques d'ordre réglementaire. Les binômes auront également toute latitude pour remonter spontanément des problématiques ou des initiatives résultant de leur travail de terrain quotidien. À l'issue de cette première phase d'une année, le dispositif est amené à s'élargir pour resserrer son maillage sur le territoire national.

Par Benoît Thelliez

3 Juin 2022

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés