Formulaire de recherche

Demain, des PMO sans ordo ?

Agnès Buzyn a précisé à l'Assemblée nationale sa définition de la prescription pharmaceutique, qu’elle préfère appeler « conseil renforcé ».

Comme nous l’annoncions dans le numéro de décembre du Pharmacien de France, le renforcement du conseil pharmaceutique est un axe auquel la ministre de la Santé semble particulièrement tenir. Le 12 décembre, lors d’une séance de questions à l’Assemblée nationale, Agnès Buzyn est ainsi revenue sur « le rôle d’acteur de soins de premier recours du pharmacien d’officine » dont elle souhaite que « l’expertise pharmaceutique » soit « davantage utilisée et valorisée et ce, notamment, au regard du virage ambulatoire en cours et de l’augmentation des déserts médicaux ». Si la ministre a bien fait comprendre au député du Nord, Paul Christophe (UDI, Agir et Indépendants), que le retrait de l’arrêté du 12 juillet actant le listage immédiat de la codéine et des dérivés de l’opium n’était absolument pas à l’ordre du jour, elle a en revanche répondu plus positivement à sa question évoquant « la création d’une catégorie de médicaments dits “de prescription pharmaceutique” sur le modèle pratiqué en Suisse et au Canada ». Selon Agnès Buzyn, « une réflexion pourrait par exemple être engagée sur la prise en charge par les pharmaciens d’officine de pathologies courantes, sur la base d’arbres décisionnels fondés sur des données prouvées », qui n'exclurait pas « une évolution du mode de rémunération en cohérence ». Elle a également annoncé le démarrage en parallèle d’« une réflexion plus globale sur les leviers à mettre en œuvre pour rendre plus homogène la qualité de la dispensation en officine ». Deux axes de travail qui devraient « concerner [les] médicaments à prescription médicale obligatoire [PMO] et à prescription médicale facultative [PMF] », mais au sujet desquels la ministre se refuse toujours à « adopter aujourd'hui le terme de prescription pharmaceutique en tant que tel ». Qu'à celà ne tienne : aux pharmaciens, les actes suffiront. 

Par Benoît Thelliez

14 Décembre 2017

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés

trigger pub