Formulaire de recherche

Coup de froid sur le retour des laits premier âge

La ministre de la Santé est plus que réservée sur la possibilité de faire revenir certains laits infantiles en officine.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn était auditionnée le 14 juin à l'Assemblée nationale.© ASSEMBLÉE NATIONALE

 

Christian Hutin, député Nouvelle Gauche du Nord, a une marotte. Le président de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis a conclu sa série d'auditions par celles des ministres de la Santé et de l'Économie, Agnès Buzyn et Bruno Le Maire, le 14 juin. À cette occasion, ce médecin de formation a réitéré devant la ministre de la Santé sa proposition de faire revenir les laits premier âge dans le monopole officinal, une idée qu'il avait déjà évoquée lors de l'audition de l'Ordre des pharmaciens et des syndicats le 15 mai dernier« Il y a une réelle efficacité des procédures de retrait de médicaments en France », assure-t-il. De plus, « beaucoup de mamans n'achètent pas de laits en poudre pour des raisons financières ». Pourrait-on alors donner à ces laits un statut de médicament assorti d'un prix régulé ?

Une évaluation d'abord

Les pharmaciens ne demandent pas mieux, comme le révèle notre sondage paru dans Le Pharmacien de France, n° 1301, puisque vous êtes près de 90 % à souhaiter un retour de ces produits dans le monopole avec un prix réglementé. Interrogée, la ministre s'est montrée plus neutre : « Nous sommes dans une zone grise. Ce ne sont pas des médicaments mais ils sont plus sensibles que des produits alimentaires. » Elle avoue par la suite « ne pas pouvoir répondre à cette question aujourd'hui, ce qui demanderait une instruction de mes services pour évaluer les bénéfices en termes de sécurité » mais aussi les risques de la mesure. Elle avance aussi paradoxalement l'argument d'une éventuelle augmentation des prix pour justifier ses doutes : « il ne faudrait pas que cela soit un frein supplémentaire » pour les familles qui n'en auraient pas les moyens…

Par Laurent Simon

14 Juin 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés