Formulaire de recherche

Comment distribuer les masques ?

La Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) vient d’indiquer les modalités de répartition des masques de protection (chirurgicaux et FFP2) aux professionnels de santé prioritaires.

© adobestock_sosiukin

Dans une Lettre réseau, la Cnam précise les conditions de distribution des masques de protection par les pharmaciens ainsi que les quantités allouées à chaque professionnel de santé. La quantité de masques reçue doit permettre d’assurer une couverture des besoins des professionnels pour au moins les deux prochaines semaines. Lorsque les stocks seront épuisés, le document unique de traçabilité doit être adressé au grossiste-répartiteur ainsi que par mail à votre caisse primaire (tous les vendredis après-midi) pour permettre d’assurer un suivi et de renouveler vos stocks sous le contrôle de la cellule nationale de crise, est-il précisé.

Quantités limitées

En pratique, dans les zones d’exposition à risque, les officinaux pourront délivrer 18 masques chirurgicaux ou FFP2 par semaine aux médecins généralistes ou spécialistes et aux infirmiers, 6 masques chirurgicaux ou FFP2 par semaine aux masseurs-kinésithérapeutes et 6 masques chirurgicaux par semaine aux sages-femmes pour prendre en charge les femmes confirmées Covid-19. Concernant les chirurgiens-dentistes, la Cnam indique qu’une officine sera désignée prochainement dans chaque département pour délivrer les masques à ces professionnels afin d'assurer les soins les plus urgents. 
Les services d’aide et de soins à domicile pourront recevoir 9 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel, tandis que les prestataires de service et distributeurs de matériel pourront disposer de 1 boîte de masques chirurgicaux par semaine et par entreprise. Les pharmaciens, quant à eux, pourront bénéficier de 18 masques chirurgicaux par semaine et par professionnel. 
Dans le reste du territoire, seuls les médecins généralistes, spécialistes, infirmiers et pharmaciens percevront une dotation de masques, selon les mêmes règles que dans les zones d’exposition à risque. 
La FSPF invite les confrères à suivre les recommandations de la Cnam et « à ne pas tenir compte de toute autre information émanant de canaux non officiels susceptibles de contenir des fake news »
S'agissant de l’approvisionnement, le président de la FSPF, Philippe Besset, indique que l’ensemble des officines ont bien été livrées. Toutefois, « le compte n’y est pas », affirme-t-il, déplorant que la gestion de ce contingentement repose seulement sur les officinaux. « Aujourd’hui, la situation ne permet pas d’assurer la sécurité de l’ensemble des professionnels de santé », estime-t-il.

Par Christophe Micas

18 Mars 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés