Formulaire de recherche

Clash autour du Subutex

L'Académie de médecine veut renforcer la lutte contre le détournement de la buprénorphine mais les médecins de Fédération Addiction s'insurgent.

Le Subutex (buprénorphine) n'échappe toujours pas à la malédiction des mésusages. Un communiqué de l'Académie de médecine, paru le 2 juillet dernier, est venu rappeler qu'il faisait l'objet d'un trafic « dont les organismes payeurs font les frais », estimés à « 250 millions d'euros par an »« Plus grave », note l'institution, ce produit, dissous dans l'eau, est souvent utilisé en injection intraveineuse, une pratique « à l'origine de 30 à 40 décès » chaque année en France. 

Partant de ces constats déjà connus, l'Académie recommande, primo« d'insister auprès des médecins et professionnels de santé pour que [...] la méthadone soit prescrite en première intention »Secundo, elle propose de privilégier les génériques du Subutex, « plus difficilement injectables »Tertio, elle recommande de généraliser le recours à la Suboxone. En effet, la présence dans ce princeps de naloxone, associée à la buprénorphine, prévient l'effet « shoot » recherché par l'injection de buprénorphine seule. Des propositions consensuelles ? Pas vraiment.

Un argumentaire démonté

Pour MG Addictions, il s'agit rien moins que d'une « approche obscurantiste », révélant « une méconnaissance navrante du sujet, des erreurs factuelles graves et une approche partisane très éloignée de la rigueur scientifique dont [l'Académie] devrait se prévaloir », fustige le pôle Médecine générale de Fédération Addiction. Ce dernier répond point par point aux propos de l'Académie. Il relève ainsi qu'à l'heure actuelle, la méthadone « ne peut être primo-prescrite qu'en centre de soins spécialisés ou dans un établissement de santé, ce qui en limite l'accès », et que la buprénorphine haut dosage générique est « tout aussi injectable que sa forme princeps ». Par ailleurs, Fédération Addiction note que l'amélioration du service médical rendu (ASMR) accordée à la Suboxone est faible, ce qui n'en fait « en rien une alternative à l'injection ». Ils ne vont pas être faciles à réconcilier.

Par Claire Frangi

6 Juillet 2015

© Le Pharmacien de France - 2021 - Tous droits réservés