Formulaire de recherche

Champix trouve un second souffle

Champix vient de retrouver la voie du remboursement en ville, à hauteur de 65 %. La HAS aimerait qu'il en soit de même pour les substituts nicotiniques.

© MIGUEL MEDINA

L'ancien ministre de la Santé Xavier Bertrand l'avait déremboursé en ville en 2011, les effets indésirables se multipliant. Son successeur Marisol Touraine l'a réinscrit au remboursement ce 1er mai, suivant l'avis de la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS), rendu en novembre dernier. Champix se trouve ainsi réhabilité, après une longue traversée du désert, et peut désormais être pris en charge en seconde intention, après échec des stratégies comprenant des substituts nicotiniques chez les adultes ayant une forte dépendance au tabac (score au test de Fagerström supérieur ou égal à 7). Les présentations en boîte et en flacon de 56 comprimés ont obtenu un prix public TTC hors honoraires de dispensation de 69,25 euros, la boîte de 28 comprimés à 1 mg un prix de 36,36 euros et celle de 11 comprimés à 0,5 mg et de 14 comprimés à 1 mg un prix de 32,84 euros. Le laboratoire Pfizer annonce ainsi un prix TTC pour un traitement de douze semaines de 207,70 euros. 

ASMR V

Rappelons que la commission de la transparence a certes estimé le service médical rendu (SMR) de la varénicline important mais ne lui a pas reconnu d'amélioration du SMR : son ASMR est de niveau V, ou inexistante, ce qui signifie une « absence de progrès thérapeutique » selon la HAS. Elle précise également que si Champix a fait la preuve de son efficacité dans l'aide au sevrage tabagique, « le taux d'abstinence à long terme (un an) est néanmoins peu élevé » et « le rapport efficacité/effets indésirables est moyen ». Surtout, les traitements de susbtitution nicotinique restent « les médicaments de première intention du sevrage tabagique », Champix en constituant « un moyen supplémentaire ». La commission avait donc « souhaité que le remboursement des substituts nicotiniques soit mis en cohérence avec sa recommandation d'inscription de Champix sur la liste des médicaments remboursables aux assurés sociaux ». En effet, les substituts ne sont pas remboursables aux assurés sociaux, bien qu'ils bénéficient d’un forfait, récemment triplé ; « cette procédure n’est pas liée aux avis de la commission de la transparence », souligne cette dernière. Elle n'aura pas été entendue sur ce point.

Par Anne-Laure Mercier

3 Mai 2017

© Le Pharmacien de France - 2017 - Tous droits réservés