Formulaire de recherche

Le CEPS présente la note

Le Comité économique des produits de santé (CEPS) veut des économies sur les statines et les médicaments du système nerveux central.

Bis repetita : le comité de suivi des génériques – rassemblant d'une part les représentants des pharmaciens, de l'industrie (Leem, Gemme) ainsi que des grossistes-répartiteurs et, d'autre part, ceux de l'État – n'apporte jamais de bonnes nouvelles pour les mois qui suivent et celui qui s'est tenu hier ne fait pas exception à la règle. Ce sont en effet près de 300 millions d'euros de baisse de prix que le Comité économique des produits de santé (CEPS) attend pour l'année 2016. Une perte de « 120 millions d'euros de ressources pour le réseau officinal », dénonce la FSPF qui pointe que « les officines supporteraient ainsi à elles seules 40 % des économies attendues ».

Dans le détail, le CEPS veut – 15 % environ sur le prix des statines qui passeraient ainsi de 0,36 euro à 0,30 euro pour un comprimé de princeps et de 0,18 euro à 0,15 euro pour un générique. Des baisses qui, à elles seules, représenteraient un impact de 31 millions d'euros pour les pharmacies. Mais les principales répercussions sur l'officine proviendront des molécules agissant sur le système nerveux central : anti-Alzheimer (9 millions d'euros), antidépresseurs (37 millions d'euros), antiépileptiques (12 millions d'euros), antipsychotiques (11 millions d'euros), anxiolytiques (4 millions d'euros) et antalgiques de palier 3 (12 millions euros d'euros). Les années se suivent… 

Par Laurent Simon

6 Novembre 2015

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés