Formulaire de recherche

Les pharmaciens ne piqueront pas cette année

L'arrêté ré-autorisant les pharmaciens à réaliser les Trod ne sera pas prêt à temps pour la semaine de prévention du diabète, obligeant la profession à envisager d'autres formes d'action.

 

Une fois ne sera pas coutume en 2015 : si les pharmaciens pourront bien sûr participer à la semaine de prévention du diabète, qui se déroulera du 6 au 13 juin prochain, ce ne sera pas sous la même forme que l'an dernier. En effet, le Conseil d'État a annulé l'arrêté les autorisant à pratiquer les tests rapides d'orientation diagnostique (Trod angine, grippe, glycémie capillaire) et, contrairement à ce qu'espérait la Fédération française des diabétiques (FFD ou AFD), la direction générale de la santé déclare que la publication de l'arrêté « n'interviendra pas avant la semaine de dépistage du diabète » et que sa « réécriture sera publiée à l'automne 2015 ». En conséquence, les pharmaciens ne pourront pas réaliser eux-mêmes sur les patients les tests de glycémie capillaire durant la campagne de prévention.

Restent les autotests...

Dans ces conditions, quel rôle les officinaux vont-ils bien pouvoir tenir ? « Cela fait un an que nous piquons les patients, mais dix ans que nous participons à la campagne. La transformation de l'autotest – que nous vendons le reste de l'année – en Trod est venue nous faciliter la vie, et nous faire gagner du temps. Mais l'annulation de l'arrêté ne rend pas impossible la participation à la campagne », estime Philippe Besset, vice-président de la FSPF. Il invite ainsi les pharmaciens à « faire du coaching du test de glycémie », c'est-à-dire à donner au patient l'autopiqueur et la bandelette à usage unique et à lui prêter l'appareil de mesure en lui expliquant comment procéder à l'autopiqûre. Une fois l'autotest réalisé dans l'espace de confidentialité, le pharmacien peut interpréter les résultats et, lorsque c'est nécessaire, orienter le patient vers son médecin. 

...et l'information

Dans un communiqué aux allures d'appel sous les drapeaux appelant à une « mobilisation générale contre le diabète », la FFD, qui a lancé hier un portail d'information et de sensibilisation sur les enjeux du dépistage de la maladie, mentionne que le public sera incité « à se rapprocher des antennes locales de l'association et des professionnels de santé reconnus » au nombre desquels elle cite les pharmaciens. Face à un taux de prévalence qui progresse de façon constante depuis 2000 et a atteint, en 2009, un chiffre initialement prévu pour 2016, soit 3,5 millions de diabétiques recensés, l'association invite également tous les « manifestants, militants pour une vie sans diabète » à « informer sur les facteurs favorisant l'apparition du diabète et les façons de les prévenir, sensibiliser à la gravité de ses possibles complications et lutter contre la "banalisation" du diabète dans les esprits ». Pour les officinaux, voici donc de quoi tirer quelques lignes directrices pour la semaine de juin. 

Par Claire Frangi

12 Mai 2015

Pour aller plus loin

© Le Pharmacien de France - 2021 - Tous droits réservés