Formulaire de recherche

Agnès Buzyn prend la température

Au cours d'un large tour de table organisé au ministère de la Santé le 16 mars, les plates-formes de rétrocession se sont notamment retrouvées dans le viseur.

Elle était annoncée à l'agenda d'Agnès Buzyn, sans plus de dé­tails  : « Table ronde avec des pharmaciens ». C'est ainsi que, vendredi 16 mars, à 17 h, se retrouvaient autour de la ministre de la Santé une vingtaine de représentants de la profession (syndicats, Ordre, Association de pharmacie rurale, Académie, groupements, etc) ainsi que les Unions régionales des professionnels de santé (URPS) pharmaciens Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes, les régions où s'est déroulée l'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine.
L'objectif, d'après ce qu'en a dit l'entourage de la ministre à l'Agence de presse médicale (APMnews) : « S'imprégner de l'état des réflexions des différentes professions » sans pour autant forcément en tirer de mesures immédiates. Les gériatres, les psychiatres et les étudiants en santé ont déjà participé à ce type d'initiative, d'autres le feront à l'avenir. « Un format assez inédit, auquel nous ne sommes pas habitués », commente la présidente de l'Ordre Carine Wolf-Thal. Chacun a donc pu exposer ses préoccupations ou ses desiderata pour la profession. 

La sérialisation préoccupe aussi

Le président de la FSPF Philippe Gaertner a indiqué à APMnews que deux grandes thématiques se sont dégagées : la mission du pharmacien (entretiens, vaccination, télémédecine, dossier médical partagé...) et l'économie de l'officine. Ont également été abordés la réforme des études, l'accompagnement des patients en oncologie et la désertification. Carine Wolf-Thal comme Laurent Filoche, le président de l'Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO), notent un discours concordant sur toutes ces questions. La présidente de l'Ordre a, pour sa part, insisté sur l'importance de maintenir la sécurité et la qualité de la chaîne du médicament. Selon elle, « des menaces existent avec les plates-formes d'échange et de rétrocession qui apparaissent, comme Lecomptoirdespharmacies.fr mais ce n'est pas le seul. [...] La mise en place de la sérialisation aussi nous inquiète : sa mise en œuvre est très complexe et nous ne sommes pas sûrs d'être effectifs en février 2019. Nous nous interrogeons également sur son efficacité. » Et maintenant ? La ministre n'a fait aucune annonce. Selon Philippe Gaertner, elle « a conclu que les échanges avaient été riches » et déclaré qu'elle « compte sur les pharmaciens et que les pharmaciens peuvent compter sur elle ». Une position « rassurante et encourageante », aux yeux de Carine Wolf-Thal.

Par Anne-Laure Mercier

23 Mars 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés