Formulaire de recherche

2 230 officines dans les startings-blocks

L'expérimentation de la vaccination antigrippale s'ouvre en pharmacie sous l'œil circonspect des infirmiers. 

© FOTOLIA/ABSENT84

 

Vendredi 6 octobre est une date à marquer d'une pierre blanche : ce jour est lancée la campagne de vaccination antigrippale en officine ! Une expérimentation initiée dans deux régions, Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes, où les agences de santé ont respectivement autorisé, à la date du 5 octobre, 1 156 et 2 178 pharmaciens – titulaires et adjoints – à pratiquer l'injection sur les adultes ciblés par les recommandations en vigueur, hormis les femmes enceintes et les personnes n'ayant jamais été vaccinées contre la grippe. Au total, ce sont 2 230 officines (respectivement 888 et 1 342) qui pourront apposer en vitrine l'affichette prévue par l'Ordre des pharmaciens et mise à leur disposition sur la plate-forme internet développée pour l'occasion.

Une action de DPC

Une campagne de communication qu'a dénoncée le Syndicat des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) en répliquant par affichette interposée. Ainsi, ce dernier « regrette vivement que les infirmiers libéraux n'aient jamais bénéficié d'une campagne [...] aussi forte pour informer les patients de leur savoir-faire historique en termes de vaccination ». Et de proposer aux infirmiers d'afficher dans leurs cabinets un visuel scandant « Ici, on vaccine aussi ! [...] Depuis longtemps. Et en toute sécurité. »… Souhaitons que cette expérimentation en officine montre que les pharmaciens en sont tout à fait capables, aussi.
La FSPF vient d'ailleurs d'annoncer que la formation à la vaccination antigrippale pourra finalement être prise en charge au titre du développement professionnel continu (DPC) pour les titulaires expérimentateurs. Information confirmée par l'Agence nationale du DPC (ANDPC) qui précise, dans un document diffusé aux professionnels de santé le 6 octobre : « Si vous avez déjà participé à une action depuis le 11 mai [date de l'entrée en vigueur de l'arrêté fixant les modalités de l'expérimentation, NDLR], l'ANDPC pourra vous prendre en charge, sans aucune démarche à réaliser de votre part, dès réception des éléments envoyés par les organismes de DPC, de manière rétroactive. » Plusieurs conditions à cela toutefois : que le programme suivi soit bien conforme à l'arrêté, qu'une prise en charge par le Fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux (FIF-PL) n'ait pas déjà été engagée et que le titulaire ait déjà un compte sur Mondpc.fr avant la date de sa formation.

Par Anne-Laure Mercier

6 Octobre 2017

© Le Pharmacien de France - 2017 - Tous droits réservés